Projet de distribution de badges aux mendiants ; traité sur les bonnes manières

Projet de distribution de badges aux mendiants ; traité sur les bonnes manières (présentation Philippe Arnaud)

Traduction PHILIPPE ARNAUD  - Langue d'origine : ANGLAIS

Résumé

Jonathan Swift (1667-1745) publie en 1737 son Projet de distribution de badges aux mendiants, document sociologique de premier ordre sur l'Angleterre et l'Irlande du XVIIIe siècle. On ne peut plus lire aujourd'hui ce texte, proposant de désigner une catégorie de la population par un insigne distinctif, sans penser à la rouelle du Moyen Âge ou, plus près de nous, à l'étoile jaune. Ce n'est pas la moindre de ses difficultés. En même temps, son caractère ironique est évident. Émile Pons écrivait avec raison : « En soulignant l'impossibilité où l'on était de faire vivre les gens à force d'aumônes, [Swift] cherchait à condamner, non pas les mendiants abusifs, mais ceux dont ils étaient les victimes. » Le ton du Traité sur les bonnes manières et la bonne éducation est évidemment très différent. La rédaction de ce texte se situe vraisemblablement entre 1720 et 1745. Sur un registre faussement pédant et condescendant, le doyen Swift donne des conseils pratiques au lecteur : soyez ponctuel, évitez la flatterie, tenez-vous à l'écart de la cour et des courtisans. Il y défend l'art de la conversation qui suppose, dit-il, de savoir écouter.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9782370200303
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 48 Pages
  • Longueur 24 cm
  • Largeur 16 cm
  • Épaisseur 1 cm
  • Poids 46 g
  • Distributeur Sodis

Série : Non précisée

Rayon(s) : Littérature générale > Biographie / Témoignage littéraire

Jonathan Swift

Jonathan Swift ne fut pas uniquement l'auteur mondialement connu des Voyages de Gulliver. Né en 1667 à Dublin, il fut tour à tour secrétaire d'un diplomate, docteur, doyen de la cathédrale de Saint Patrick de Dublin, précepteur d'une jeune fille, Esther Johnson, à qui il adressa le Journal à Stella... Avec ses amis John Gay, Alexander Pope, lord Bolingbroke et John Arbuthnot, l'écrivain irlandais fonde « le Scriblerus Club », attelé à vilipender la société de l'époque sous la forme de pamphlets, publiés sous le pseudonyme de Martin Scriblerus. Engagé dans les luttes littéraires, religieuses et politiques de son temps, Swift est satiriste à la mesure de sa misanthropie. Isolement qui ne l'empêche pas d'entretenir une profonde amitié avec d'éminents esprits de l'Angleterre du XVIIIe siècle, révélée dans sa Correspondance avec le Scriblerus Club (Allia, 2005). Il meurt en 1745 à Dublin.

empty